• .

    .

HISTORIQUE DES ARCHIVES DU SENEGAL

       Au début du siècle dernier, le parlementaire français, Louis PUECH, dénonçant la mauvaise tenue des archives des administrations coloniales en Afrique, pousse le Ministère des colonies à organiser les archives dans une perspective de police.

             Un archiviste paléographe, Claude Faure est recruté en 1911 par le Gouverneur Général William PONTY. Ce dernier commence un travail méthodique de collecte et de sauvegarde des archives. Il inspire les premières mesures réglementaires d'organisation des archives. C'est ainsi qu'un dépôt central des archives est institué à Dakar pour l'AOF, en même temps qu'un dépôt au chef-lieu de chacune des huit colonies du groupe. Par la suite, Prospère Alquier (1921-1922), Médoune MBAYE (1923-1935)-archiviste amateur-, et André VILLARD poursuivent son oeuvre jusqu'en 1942, date à laquelle Théodore MONOD hérite des archives, bientôt placée sous la responsabilité de Marguerite VERDAT, archiviste paléographe (1945-1948).

       Sous l'égide de Jacques CHARPY, archiviste paléographe, arrivé à Dakar en 1951, les archives quittent l'IFAN et sont rattachées au Secrétariat général du gouvernement. En 1957, l'arrêté n° 3780 (JOS, 24 mai 1957, p.521-522), signé par le vice-président du Conseil, délègue au ministre de l'intérieur la gestion de certains service territoriaux, en application de l'article 10 du décret n° 5740 du 4 avril 1957, et rattache le service des archives à ce ministère.

       En 1958, avec le transfert de la capitale du Sénégal, de Saint-Louis à Dakar, suivant la décision du Conseil du gouvernement, les Archives de l'AOF et celles du Sénégal sont regroupées au Building administratif sous l'égide unique de Jean François MAUREL, successeur de CHARPY à partir de cette année-là.

       L'année suivante, l'ordonnance n° 59-040 SG portant sur l'organisation du Secrétariat général du gouvernement et datée du 31 mars 1959 (JORS, 20 avril 1959, p.392-394) rattache le service des archives à la Direction des services administratifs, organe central du Secrétariat général du gouvernement. L'article 12 de cette ordonnance définit les attributions du Service des archives. Elles concernent essentiellement cinq domaines :

       - la conservation, le classement et l'établissement du répertoire des archives du Sénégal. Cette triple activité concerne, bien sûr, tous les textes législatifs et réglementaires, mais aussi l'ensemble des dossiers "devenus inutiles pour le fonctionnement courant de l'administration";

       -  la gestion et la mise à jour de la bibliothèque administrative et historique du gouvernement, la tenue et l'accroissement des collections, ainsi que le contrôle des prêts de livres;

       -  la centralisation et le classement des publications officielles des ministères et des organismes publics du Sénégal;

       -  la constitution de dossiers de documentation, l'organisation et le contrôle de la communication de tous les documents aux utilisateurs, et notamment aux services gouvernementaux ;

       -  l'établissement et la signature des expéditions authentiques, le contrôle des archives des cercles et la préparation des tables du journal officiel.

       Le décret n°70-232 du 26 février 1970 relatif à l'organisation des services du Premier ministre (JORS, 7 mars 1970, p. 238-240) poste nouvellement créé après la révision de l'article 35 de la constitution du 7 mars 1963, divise ses services en :

       -  Cabinet du 1er ministre ;

       -  Secrétariat général du Gouvernement - lequel comprend des services propres et des services rattachés.

       En vertu de l'article 7 dudit décret, le Service des archives est l'un des services rattachés au Secrétariat général du Gouvernement. Les missions des Archives nationales, désormais appelées "Service des Archives nationales", sont sommairement définies à l'article 10. Elles consistent :

       -  à conserver, à classer et à répertorier les archives de l'Etat et des collectivités publiques ;
       - à gérer un centre de documentation ouvert aux agents des services publiques et aux tiers, dans les conditions réglementaires en vigueur.

       Bien entendu, les missions définies par l'ordonnance 59-040 du 31 mars demeurent valables dans la mesure où elles n'ont pas été abrogées. De même, sont restées en vigueur, les dispositions du décret n°62-0215M.J du 28 mai 1962 ordonnant le versement aux "Archives nationales" (appellation qui apparaît alors pour la première fois) des archives décennales judiciaires ayant plus de 50 ans et celles du décret n°68-342 du 29 mars 1968 relatif au dépôt dans les Archives nationales des actes notariés de plus de 50 ans.

   En 1976, Saliou MBAYE, archiviste paléographe, assure l'intérim de la Direction des Archives du Sénégal. Environ un an plus tard, le Service des Archives nationales est érigé en Direction par le décret 77-615 du 21 juillet 1977 modifiant le décret n°70-232 du 26 février 1970 relatif à l'organisation des services du Premier ministre (JORS, 13 août 1977, p.1058-1059). Ainsi, le Service des Archives nationales devient Direction des Archives du Sénégal. Le même jour, par décret n°77-616 du 21 juillet 1977, Saliou MBAYE est nommé Directeur des Archives du Sénégal. Il entreprend dès son arrivée à la tête de la Direction des Archives plusieurs chantiers dont la publication d'instruments de recherche, une législation archivistique et l'organisation de plusieurs colloques et rencontres internationaux sur la recherche en sciences sociales en Afrique.

 



100 ans des archives

Valid XHTML 1.0 Transitional